Phémina 2021

Report du festival 2021

Suite à la consultation des futurs exposants et à des discussions au sein de l’association, le festival a dû se positionner vis à vis de la mise en place du « pass sanitaire ».


Phémina s’est fondé sur certaines valeurs ; il s’agissait avant tout pour nous de contrebalancer, par une grande exposition, l’ostracisation des femmes photographes dans un environnement dominé par les hommes, et de témoigner de la place des femmes dans le monde de la photo en général. 

Nous sommes donc à la fois dans une démarche de rétablissement des égalités (professionnelles et sociales), mais aussi dans une réconciliation entre les antagonismes sexistes (par la présence de femmes et d’hommes au sein du même festival). 

L’accessibilité du festival au plus grand nombre a lui aussi été un axe majeur de notre développement : gratuité de l’entrée, accueil de tous types de publics, afin de favoriser l’accès à la photographie d’art pour tous.
A Phémina, ce « tous » s’applique, non seulement aux visiteurs, mais aussi aux exposants. En effet nous faisons notre possible pour considérer sur un pied d’égalité le travail d’amateurs talentueux ou de professionnels accomplis. Nous tenons à mettre en valeur des travaux de toutes origines, sur tous les thèmes, pour peu que leur impact artistique soit remarqué ou remarquable.


Toutes ces valeurs fondatrices vont dans le sens du partage, de l’égalité de traitement et du rassemblement, autant de principes diamétralement opposés à une logique de « séparation ». Du reste, nous parlons ici d’un festival d’art, animé par des artistes photographes, et l’art est par principe un medium universel ouvert à tous.


Le pass sanitaire renforcé nous conduit, lui, à appliquer une logique de tri et de séparation des personnes ; iI ne s’agit pas pour nous de polémiquer sur le bien-fondé ou non de cette mesure, simplement d’en constater le mécanisme. En outre, il est très probable que l’application du pass entraine une baisse de fréquentation.

Cette situation nous amène donc à suspendre le festival Phémina cette année 2021 pour, nous l’espérons, retrouver une configuration plus acceptable l’an prochain. Autrement dit, nous conserverons la sélection des exposants 2021, pour la reporter sur 2022 (date non encore fixée).

Il s’agit là d’une décision difficile, qui marque un coup d’arrêt provisoire à beaucoup de travail et d’énergie engagée par tous, mais le festival vidé de son sens profond n’aurait plus vraiment de sens.

Une exposition en extérieur sera cependant assurée cette année pour relayer le plaidoyer de l’UICN (Congrès mondial de la Nature) en faveur de la biodiversité : le parvis de la gare de Fontainebleau-Avon accueillera en novembre deux très belles séries consacrées à l’eau et à la macro faune, par deux femmes photographes de talents (Cathy Bernot & Martine Propice).

Merci de votre compréhension.

Le président du festival.

%d blogueurs aiment cette page :